fbpx

Insomnie chronique : la kinésithérapie peut-elle intervenir ?

Présentation générale de l'insomnie chronique.

Généralités

L’insomnie est particulièrement  complexe puisqu’elle comporte une composante neurobiologique et une composante psychologique. Plus d’un français sur quatre déclare souffrir d’un manque de sommeil et un tiers présente des troubles du sommeil.

Le terme insomnie sera utilisé lorsque le patient rencontre en journée des répercussions liées au manque de sommeil. Il pourra s’agir d’un manque de concentration, d’une irritabilité ou encore d’une somnolence.

L’insomnie peut recouvrir trois définitions différentes :

– Elle peut être présente au moment du coucher, lorsque le patient rencontre des difficultés à l’endormissement.

– Elle peut aussi être présente durant la nuit et prendra alors la forme de réveils nocturnes prolongés. – Enfin, il peut s’agir d’un réveil prématuré le matin avec une incapacité à se rendormir.

Insomnie chronique : la kinésithérapie peut-elle intervenir ?

Traitement médicamenteux

Le sommeil occupe une place centrale dans l’existence et personne ne conteste son influence déterminante sur la santé. Bien dormir est vital. Un déficit chronique de sommeil est associé à un risque de développement de problèmes de santé, et d’impacts néfastes sur la qualité de vie.

L’inconfort et les répercussions sur la vie sociale, familiale et professionnelle de ces problèmes sont mal ressentis. Une étude réalisée par l’Assurance Maladie française montre que 17, 4 % (plus de 10 millions) de la population a bénéficié d’au moins une prescription d’anxiolytiques et 8,8 % (plus de 5 millions) d’hypnotiques (Lecadet et al., 2003). Les hypnotiques sont, par définition, prescrits pour trouver le sommeil, les anxiolytiques sont, en partie, préconisés pour la même indication car l’anxiété accompagne souvent l’insomnie. Aujourd’hui, de plus en plus de spécialistes s’accordent pour dire qu’une consommation chronique de tels médicaments est à proscrire. Comme les recommandations générales de bonne pratique le conseillent, il serait plus souhaitable d’en réserver l’usage à des indications et emplois limités.

Finalement, ces substances puissantes ne procurent qu’un sommeil de mauvaise qualité et ne donnent au dormeur que l’illusion qu’il a bien dormi.

Traiter l’insomnie psychophysiologique sans médicaments

Insomnie psychophysiologique et massothérapie

Une insomnie particulière : l’insomnie psychophysiologique

C’est l’insomnie psychophysiologique (IPP) qui est la forme la plus fréquente des insomnies. Selon les études, elle représenterait 15 à 25 % des insomnies (Leistedt et al. 2007).

Dans cette forme d’insomnie, il y aurait une interaction entre l’anxiété (peur de ne pas dormir) et la tension musculaire associée à un conditionnement défavorable au sommeil.

Les personnes qui en souffrent sont généralement anxieuses, tendues, se réveillent dans la deuxième ou troisième partie de la nuit et ne se rendorment que très difficilement.

Puisque le massage favorise la relaxation, peut-il aider à combattre l’insomnie?

En 2006, dans le journal Sleep Medecine, une étude rapporte que plusieurs personnes aux prises avec des troubles du sommeil ont eu recours à la massothérapie avec succès. Examinons les raisons qui peuvent expliquer ces résultats.

L’effet hormonal du massage

Le massage aide en effet à vaincre l’insomnie. D’abord parce qu’il augmente le taux de sérotonine, une hormone du système nerveux central qui régularise le cycle circadien, aussi appelé l’horloge biologique. Le cycle circadien influence pour sa part plusieurs mécanismes biologiques, physiologiques et comportementaux de l’être humain, dont le rythme d’éveil et de sommeil. Les individus avec un bas niveau de sérotonine ont donc tendance à moins bien dormir durant la nuit, car leur horloge biologique est déséquilibrée. Dans cette optique, ils verront un effet positif sur leur sommeil en s’offrant une séance de massothérapie

Insomnie chronique : la kinésithérapie peut-elle intervenir ?

L’effet de la massothérapie sur le système nerveux

Le massage favorise également le sommeil, car il a un effet apaisant sur le système nerveux autonome, responsable des fonctions automatiques du corps (digestion, sudation, vascularisation, etc.). Il est divisé en deux branches : le parasympathique et le sympathique.

En situation de stress, le système nerveux sympathique répond au stimulus en préparant le corps à l’action : il active la pression sanguine, augmente le rythme cardiaque, stimule la sudation et la sécrétion d’adrénaline, etc. À l’opposé, le système nerveux parasympathique est chargé d’équilibrer le sympathique, il est en effet responsable du ralentissement cardiaque, du relâchement de certains sphincters, de l’augmentation des sécrétions gastriques, salivaires et intestinales, etc.

Un massage vient stimuler la partie parasympathique du système nerveux, apaisant ainsi les réactions physiques au stress. Cela ne peut que détendre notre corps et favoriser le sommeil.

La massothérapie s’avère ainsi une option efficace pour vaincre l’insomnie et améliorer la qualité du sommeil parce qu’elle régularise l’horloge biologique, aide à réduire le stress et apaise.

Besoin d'information ?

Merci de nous contacter pour toute demande d’inscription, questions, ou informations complémentaires.

Twitter

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez toutes les actualités du centre !

Merci pour votre inscription ! Restez à l'écoute ;)