fbpx

Rotation passive & dynamique de l’épaule et effets du taping

Plage de rotation passive et dynamique de l’épaule chez les athlètes qui n’ont pas été blessés ou qui l’ont été antérieurement, et l’effet du tapin de l’épaule

Les blessures à l’épaule sont courantes chez les athlètes qui lancent des poids lourds et représentent jusqu’à 75 % du temps total perdu à cause de blessures chez ces athlètes.

On suppose que la nature énergique et répétitive des activités de projection aérienne et le mauvais contrôle du muscle scapulaire (dyskinésie scapulaire) causent un déplacement antérieur de la tête humérale, ce qui modifie la rotation de l’arc de l’épaule, augmentant la rotation externe (ER) et diminuant la rotation interne (IR).

Cependant, Kibler et Chandler, suggèrent que la diminution de l’amplitude de mouvement (ROM) de l’épaule, due à la raideur capsulaire ou à la tension musculaire, qui peut être mesurée par des tests goniométriques standard, cause des blessures à l’épaule chez les athlètes en lancer.

Ils spéculent que l’inflexibilité musculaire modifie le schéma de d’activation moteur en modifiant la tension musculaire et la rétroaction proprioceptive.

D’autres investigateurs ont suggéré que les lancers répétitifs causent des contraintes de torsion dans la physique proximale, ce qui induit une réponse adaptative de remodelage qui favorise la rétroversion humérale.

Une tête humérale rétrovertie réduit la tension sur la capsule antéro-inférieure et épargne l’articulation des microtraumatismes répétés.

Les lanceurs souffrant de douleurs chroniques à l’épaule ne présentent apparemment pas cette augmentation de rétrotorsion, ayant plus de tension sur leur capsule antérieure avec moins de rotation externe et sont donc plus susceptibles de développer une douleur chronique à cause de l’instabilité antérieure

Par conséquent, il y a une énigme dans la documentation sur la question de savoir si une amplitude de rotation excessive ou inadéquate de l’épaule cause des blessures à l’épaule ; on pourrait peut-être supposer qu’il existe une amplitude de rotation idéale où l’amplitude est suffisante et le contrôle musculaire est adéquat pour permettre à un athlète de lancer sans se blesser l’épaule.

 

Rotation passive & dynamique de l’épaule et effets du taping

Les cliniciens évaluent le ROM interne (IR) et externe (ER) de l’épaule pour déterminer l’efficacité du traitement de l’épaule et l’état de préparation d’un athlète qui lance en hauteur à reprendre le sport après blessure.

L’examen est généralement effectué passivement, en partant de l’hypothèse que « les mesures statiques de la ROM sont représentatives de la ROM dynamique pendant le lancer.

Cependant, la fréquence des blessures à l’épaule est élevée.

Un athlète de lancer peut être indolore, avoir retrouvé une ROM passive et être prêt à retourner au sport, mais les capacités musculaires peuvent être insuffisantes pour contrôler la ceinture scapulaire pendant le lancer, ce qui peut entraîner d’autres blessures ou une baisse de performance.

On utilise de plus en plus le taping de l’épaule des athlètes blessés pour réduire la douleur, modifier l’amplitude des épaules et améliorer la proprioception de l’articulation. McConnell et McIntosh ; ont constaté que l’amplitude passive de l’épaule en rotation externe et rotation interne chez les joueurs de tennis juniors d’élite n’ayant aucun antécédent de blessure à l’épaule augmentait avec l’application de ruban adhésif sur l’épaule, et ont émis l’hypothèse que le ruban de tape adhésif sur l’épaule modifiait la position initiale de la rotation des épaules en centrant la tête humérale.

Cependant, l’efficacité des bandes adhésives de tape est largement contestée dans la littérature, certains chercheurs affirmant que le tape n’a aucun effet alors que d’autres constatent des changements importants.

L’application de la bande, le type de bande utilisée et la méthodologie des études varient grandement. Bradley et al ont constaté que, bien que le taping de l’épaule soit presque une mesure prophylactique de routine pour les joueurs d’élite du football australien, le tape ne changeait pas la laxité articulaire, la proprioception ou la précision du lancer.

Étant donné que la ROM IR-ER passive de l’épaule est une partie importante de l’examen clinique de l’épaule chez les athlètes de lancer et que l’on utilise le taping de l’épaule pour contrôler le déplacement huméral antérieur, l’étude actuelle avait pour but de déterminer si la ROM IR-ER passive et dynamique était différente chez un groupe non blessé et chez un groupe précédemment blessé d’athlètes de niveau supérieur et analyser si les techniques de taping avec bandes adhésives affectent le mouvement statique ou dynamique de l’IR-ER.

Rotation passive & dynamique de l’épaule et effets du taping

Vingt-six athlètes d’élite (15 hommes et 11 femmes ; âge moyen, 20 ans) de l’équipe de volley-ball, de baseball et de tennis du collège universitaire de Stanford ont été sélectionnés pour participer à l’étude parmi un groupe qui s’est dit intéressé à participer.

Les sujets ont été exclus s’ils souffraient d’une blessure à l’épaule qui les rendait incapables de jouer ou de s’entraîner dans le sport choisi ou s’ils ne pouvaient effectuer un lancer à effort maximal.

Les sujets ont rempli un bref questionnaire sur les blessures à l’épaule afin de déterminer les antécédents de blessures à l’épaule, le type de traitement reçu et le temps passé en dehors du sport, et s’ils avaient besoin de modifier leur activité de lancer en hauteur à la suite de la blessure.

Tous les sujets précédemment blessés n’avaient pas demandé de traitement depuis 12 mois et aucun n’avait dû subir une intervention chirurgicale.

Cette étude permet de constater que L’IR-ER ROM d’épaule passive est une mauvaise estimation de la fonction de rotation dynamique pendant le lancer.

De meilleures méthodes cliniques pour évaluer la ROM IR-ER dynamique de l’épaule pendant le lancer faciliteraient l’amélioration du diagnostic et du suivi des blessures à l’épaule liées au lancer.

Les athlètes qui ont déjà subi une blessure à l’épaule ont démontré une ROM IR-ER de l’épaule plus dynamique que les athlètes qui n’ont jamais subi de blessure à l’épaule.

Le taping avec bandes adhésives aux épaules a augmenté la ROM IR-ER passive des athlètes qui lancent au-dessus de leur tête, quel que soit leur état de blessure antérieur, et a augmenté la ROM IR-ER dynamique des athlètes non blessés qui lancent au-dessus de leur tête.

Le taping a diminué la ROM IR-ER dynamique des athlètes précédemment blessés. Ainsi, bien que la ROM IR-ER passive n’ait pas été différente chez les athlètes non-blessés et les athlètes ayant déjà été blessés au lancer, l’application du taping aux épaules a fait que la ROM IR-ER dynamique des athlètes précédemment blessés se soit rapprochée de la ROM IR-ER plus faiblement dynamique des athlètes n’ayant jamais été blessés au lancer.

Le taping de l’épaule par le kinésithérapeute peut fournir une protection accrue à l’athlète blessé en diminuant la ROM IR-ER dynamique et en facilitant un meilleur contrôle de l’épaule et du muscle scapulaire.

AUTEURS

Jenny McConnell, DPT, Cyril Donnelly, MS, Samuel Hamner, MS, James Dunne, MS, Thor Besier et PhD.

DECOUVRIR NOTRE FORMATION

Besoin d'information ?

Merci de nous contacter pour toute demande d’inscription, questions, ou informations complémentaires.

Twitter

Newsletter

Inscrivez-vous et recevez toutes les actualités du centre !

Merci pour votre inscription ! Restez à l'écoute ;)